Ingénierie civile: Témoignage d’une étudiante haïtienne à la University of New-Orleans (UNO)

Martin Klôwè -Bordeaux

Caribbean Network  avec Lauryns

16106008_1174788322617972_196351036983982012_n

Lauryns 22 ans,  est une étudiante en deuxième année de bachelor  d’ingénierie civile à la University of New Orleans (UNO) en Louisiane. Déterminée et sportive la jeune Haïtienne  compte bien atteindre  ses objectifs. 

Un combat quotidien 

Après son arrivée  aux États-Unis après avoir obtenu son baccalauréat au Petit séminaire collège Saint-Martin de Porres en Haïti en 2016. Lauryns partage avec nous le récit de son intégration dans la société américaine en tant qu’étudiante étrangère. 

Questions réponses

 

D’où te vient cette intérêt pour l’ingénierie et pourquoi avoir choisie UNO  ? 

« C’est l’une des choses qui m’intéresse depuis que je suis au lycée, j’ai toujours aimée assembler les choses, auparavant je m’amusais à faire des maisons en cartons. J’ai choisi UNO d’abord pour vivre avec mon père à la Nouvelle-Orléans. Comme il savais ce que je voulais faire il m’a donc orientée vers  UNO qui était la  meilleure université dans le secteur. »

Tu a dû te préparer à venir aux États-unis en l’espace d’un mois, comment se sont passées tes démarches ?

« Mon père a tout fait d’ici du coup je ne sais pas vraiment comment c’était, ça a pris un mois entier  pour avoir tous les papiers. Il a  vraiment beaucoup travaillé dessus, puis j’ai  pu avoir  un rendez-vous à l’ambassade. Ce n’est vraiment pas facile d’avoir un visa . »

Peux-tu décrire l’UNO ? 

« UNO est vraiment une bonne université. C’est  un  établissement ouvert à l’international avec beaucoup d’étudiants étrangers, c’est très diversifié et il n’y a pas que des Américains . Ce n’est pas un grand campus, il est moyen je dirais, c’est pour cela qu’il est simple de se faire intégrer dans le système, ça a été facile pour moi grâce à l’IELP (Intensive English Language Programme) qui est là pour ça  ainsi que pour t’apprendre à parler anglais. J’y suis restée 6 mois avant de commencer parce que je ne parlais pas anglais auparavant.  Mais je ne sais pas comment cela se passe pour les autres qui n’ont pas cet accompagnement pour comprendre la culture et la manière dont ça se passe   ici comment les choses se passent ici. J’encouragerais n’importe qui à venir »

UNO.jpg

Comment est l’enseignement de l’ingénierie civil à l’UNO, est-il pratique ou théorique et allez-vous sur le terrain ? 

« C’est tout ça à la fois. Nous travaillons beaucoup en classe, nous avons parfois des devoirs et des résolutions de problèmes avec pas mal de math et de chiffres. Et puis nous allons également sur le terrain voir le travail  des ingénieurs, pour voir l’application des choses vue en classe. En général le programme demande  beaucoup de temps et de travail pour pouvoir suivre le rythme. » Cette formation en 3 ans  lui coûte environ 6000 euros par en ans. 

Peux-tu décrire la vie sur le campus ? 

« C’est vraiment un campus actif avec des activités, il y a toujours un truc à faire, des événements où aller. Et puis il y a souvent des  opens mics (scène ouverte) le vendredi, les associations étudiantes organisent des événements, des choses vraiment basiques. » Quand elle n’étudie pas, les hobbies de Lauryns sont la pratique de la guitare, le chant et le dessin. 

Maintenant que tu y travailles quelles sont tes tâches  à IELP ?

« J’aide les étudiants avec les démarches d’inscription, ordinairement ils appellent depuis leurs pays et là dès qu’ils sont ici je les aide à s’intégrer, à favoriser leurs bien-être , parce que je sais ce que c’est d’arriver dans un nouveau pays et de ne connaitre personne. Et puis je traduis pour les francophones, voir pour les créolophones et je comprends l’espagnol mais je ne le parle pas. »

Aimes-tu cet environnement international ?

« Oui je l’aime beaucoup parce qu’il y a pas mal d’autres gens qui comme moi ne viennent pas des États-Unis et essaient de comprendre le système. Je ne m’y sens pas seule car ce sont  des gens qui passent par les mêmes phases que j’ai connu et  qui peuvent aussi comprendre mes problèmes et difficultés. »

hands-600497_1920

As-tu eu choc culturel en venant aux États-Unis ?

 » Je n’étais pas préparée à ça, je ne savais pas que je viendrais ici un mois avant mon arrivée, tout s’est passé très vite.  Oui j’ai eu un choc culturel, par exemple en matière de nourriture, je n’aime pas beaucoup celle d’ici ou encore sur la façon dont les gens interagissent. Dans mon pays tu dis « salut » à tout le monde  » Ay tonton, ay matant« , ici ils ne font pas ça s’ils ne te connaissent pas, ils restent là et ne sourissent jamais. C’était vraiment dur pour moi, je croyais qu’ils ne m’aimaient pas mais en fait c’est juste leurs façons d’être. Tout le monde gère ses affaires, personne n’a le temps, les gens sont toujours pressés. Quand je suis arrivée ici je pouvais passer des semaines sans vraiment parler, mon père étant au travail, les gens n’ont pas le temps. »

Drapeau Haitien

Drapeau USA.png

Comment  vivre  dans les Etats-unis de Trump en étant étrangère et noire ?

« Le secret est de faire ce que tu as à faire du moment que tu es dans la légalité.  Il est lui-même ignorant, il ne se met pas dans la peau des gens, il pense que tout le monde devrait être blanc et américains. Mais si le monde était vraiment comme ça, quel endroit ennuyeux ça serait (rire), voilà pourquoi je ne prête pas beaucoup attention à ce qu’il dit. Je ne suis pas politisée, j’écoute parfois, mais je gère surtout mes affaires. Je n’ai personnellement pas encore eu de problème  . »

Après ton bachelor (licence) comptes-tu passer en (master) ?

« Je ne sais pas encore j’y réfléchis. Les études coûtent très chères ici, si j’ai l’argent oui mais pour le moment je ne sais pas. »

Maintenant peux-tu nous dire quels seraient tes projets pour l’avenir ?

« Je veux être diplômée et devenir l’ingénieure que je rêve d’être en rendant ma mère fière. Elle n’a jamais eu ces opportunités, aller dans un autre pays, étudier, je veux faire quelque chose qui puisse rendre ma famille fière. »

Si tu avais quelques choses à dire aux étudiants qui voudraient venir à UNO ?

« Avant de venir soyez sûr d’avoir une idée claire de ce que vous souhaitez faire, soyez motivé et assurez-vous d’avoir  l’argent nécessaire parce que la vie ici est très chère. Comparé à Haïti c’est excessivement chère . Soyez sûr d’être prêt mentalement, vous pouvez rencontrer des racistes, des gens  qui voudront vous humilier et toute sorte de chose. Vous devez être inarrêtable. »

22449835_1459327667497368_7271064936641998840_n (1).jpg

On souhaite le meilleur à Lauryns dans  la poursuite de ses études.

Fòs ak kouraj !

4 commentaires sur “Ingénierie civile: Témoignage d’une étudiante haïtienne à la University of New-Orleans (UNO)

Ajouter un commentaire

  1. C’était vraiment inspirationel. Lauryns, tu fais la fièreté de notre patrie, et je souhaite que beaucoup d’autres te suivent dans ce but. Tu y arriveras aussi loin que tu voudras, cet article m’a donné la certitude que tu y arriveras. Merçi pour ton courage et ta noblesse.

    J'aime

  2. Tu es une fille intelligente tu y arriveras . si tu obtiens les meilleures notes tu pourras avoir une bourse pour aller vers l’avant. Félicitations a toi. Fier de t’avoir eue comme élève….

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :